MAIRE (E.)


MAIRE (E.)
MAIRE (E.)

MAIRE EDMOND (1931- )

Né à Épinay-sur-Seine d’un père cheminot, Edmond Maire est entré dans la vie professionnelle dès sa sortie du lycée. Tout en travaillant aux peintures Valentine, il suit des cours de chimie au Conservatoire national des arts et métiers. Grâce à cette formation, il entre au centre de recherche Pechiney, en 1954, comme technicien chimiste. Il exerce peu son nouveau métier puisque, dès 1958, il devient permanent syndical: il a vingt-sept ans. Ce militant chrétien est alors secrétaire du syndicat C.F.T.C. des travailleurs des industries chimiques de la région parisienne. À partir de 1960, il exerce des responsabilités à la fédération des industries chimiques, d’abord comme secrétaire puis comme secrétaire général (1964-1970). Une petite fédération très dynamique qui sera une des plus actives dans la «déconfessionnalisation» de la centrale chrétienne. À ce titre, Edmond Maire est un des artisans de la création de la C.F.D.T.

Élu membre de la commission exécutive de la C.F.D.T. en 1970, il succède à Eugène Descamps comme secrétaire général de la Confédération en 1971 et est régulièrement réélu à ce poste. Responsable du secteur social à la commission exécutive, c’est lui qui négocie avec Georges Séguy l’accord qui rapprochera la C.G.T. et la C.F.D.T. dans l’action. Une rupture intervient pourtant peu après entre les deux syndicats à propos de l’intervention soviétique en Afghanistan et à cause du trop grand lien entretenu par la C.G.T. avec le Parti communiste.

Ancien militant du P.S.U., proche de Michel Rocard, Edmond Maire adhère en même temps que lui au Parti socialiste en 1974. Il se montre ardent partisan de l’autogestion. En distinguant, lors du congrès de Nantes, le «socialisme autogestionnaire» du «socialisme centraliste» qu’il semble reconnaître dans le programme commun de la gauche, il agace François Mitterrand. Ses rapports avec le président de la République après 1981 sont pleins de méfiance et de malentendus, même si la C.F.D.T. se révèle souvent le meilleur allié du pouvoir socialiste.

Edmond Maire prend ses distances avec le Parti socialiste et, en 1979, il fait prévaloir dans la C.F.D.T. une politique de «recentrage», qui sera appelé ensuite resyndicalisation, par laquelle priorité est donnée à l’action syndicale sur les relations du syndicat avec les partis politiques. En 1988, après avoir mis en place une nouvelle équipe menée par Jean Kaspar, Edmond Maire renonce à ses responsabilités syndicales. Il devient, en 1989, président de Villages Vacances Familles.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MAIRE — Désigné en son sein, pour la durée de son mandat (six ans), par le conseil municipal aussitôt après son élection, le maire, qui est souvent présenté comme le «premier magistrat de la commune», exerce des tâches variées qui reflètent le… …   Encyclopédie Universelle

  • Maire — Le nom se rencontre surtout dans l Est, en Lorraine et en Franche Comté. Il peut évoquer une fonction municipale ou un titre honorifique (voir Lemaire), mais on pensera aussi à un moyen de distinguer l aîné dans une famille (latin major ). Le… …   Noms de famille

  • Maire — may refer to: Coastal Maire (Nestegis apetala), and other Nestegis trees native to New Zealand. Maire, Netherlands, a former municipality Máire, the Irish Gaelic form of Mary Máire (album), an album by Moya Brennan Séamus Ó Grianna or Máire,… …   Wikipedia

  • Mairé — Mairé …   Wikipedia

  • Maire — 〈[mɛ:r] m. 6; in Frankreich〉 Bürgermeister [<afrz. maire „Herr“] * * * Maire   [mɛːr, französisch] der, s/ s, besonders in Frankreich Bezeichnung für den Bürgermeister. Als …   Universal-Lexikon

  • Maire — ist die französische Bezeichnung für den Bürgermeister einer Mairie. Zur Herkunft des Wortes aus dem Lateinischen siehe Meier. Historisches Maire wurde in Europa außerhalb des französischen Sprachraums bekannt, als Napoléon in den besetzten… …   Deutsch Wikipedia

  • maire — Maire, m. penac. Selon ce qu en escrit Beccan, au deuxieme de sa Gigantomachie vient de ce mot Alemand Maier, qui signifie le souverain officier et magistrat d une ville ou communauté en plusieurs villes de France, comme à la Rochelle et ailleurs …   Thresor de la langue françoyse

  • maire — MAIRE. s. m. Le premier Officier de ville en certaines villes, comme Bordeaux, Dijon, & autres. Maire perpetuel. Maire du Palais, C estoit sous la premiere race de nos Rois le premier & principal Officier qui avoit la disposition de toutes les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • maire — f. mère; cause première; principe; matrice; affection hystérique « vapeurs »; lit d un fleuve voir jaç; mère du vin, du vinaigre, etc. expr. : Es ma maire m a fach : c est l évidence même; c est une lapalissade. Maire de lach : nourrice. Trobar… …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Mairé — País …   Wikipedia Español